#HMblogPARUTION N°2

ÉTHIQUE ET ESTHÉTIQUE SONT LES DEUX FACES DE LA MÊME PIÈCE

On pourrait même aller plus loin : en choisissant l’éthique, l’homme fait en sorte qu’existe même la possibilité d’un choix. En se tournant vers l’esthétique au contraire, il supprime toute possibilité de quelque chose qui s’apparenterait, de près ou de loin, à un choix.

LE CHAMP DES POSSIBLES

 

"Mariez-vous, vous le regretterez ; ne vous mariez pas, vous le regretterez aussi ; mariez-vous ou ne vous mariez pas, vous le regretterez également […] Riez des folies de ce monde, vous le regretterez ; pleurez sur elles, vous le regretterez aussi […] Pendez-vous, vous le regretterez ; ne vous pendez pas, vous le regretterez aussi ; pendez-vous ou ne vous pendez pas, vous le regretterez également […] Ceci, Messieurs, est la somme de toute la sagesse de la vie."  

Ainsi parlait Sören Kierkegaard.

LE JOURNAL DU SÉDUCTEUR

Pour la séduire, il va concevoir une stratégie fine et complexe. Avec patience, il resserre peu à peu les liens avec elle. Des fiançailles, dont Cordélia est la première surprise, viennent consacrer ce long processus. Mais Johannes n’a pas encore ce qu’il désirait. Pour précipiter la chose, il feint la froideur, et prend de la distance, ce qui provoque la rupture des fiançailles. Le bouleversement psychologique que cela provoque chez la pauvre Cordélia l’amène à le revoir et se donner à lui. Il la quitte alors, déshonorée (dans cette société puritaine qu’est le Danemark au 19ème siècle), ayant atteint son but.

D’un point de vue éthique (le second stade de l’esprit), c’est abject, mais du point de vue esthétique, c’est une réussite : il a obtenu ce qu'il cherchait, le plaisir.

 

RETOUR VERS LE FUTUR

 

Digression n°1

Faire selon son désir. 

Pourquoi pas une sorte de conte futuriste habité de réminiscences affectives avec trois  ou quatre héros pétris de valeurs morales ?

Une femme, une enfant et le samouraï qui les protègent.

Cela se passerait en 2035.

Ça pourrait s'appeler "Le cercle vertueux "dont la finalité ne serait autre que de veiller sur l'évolution d'une zone à défendre. 

Cela se nommera " ZAD "

OU BIEN

Kierkegaard : "il s’agit tout d’abord pour lui d’utiliser un procédé artistique qui lui donne une grande liberté de création : multiplier les personnages, chacun ayant sa psychologie propre, lui permet d’exposer plusieurs conceptions du monde, développer plusieurs approches de l’existence, de les varier, de les opposer.(...) Commençons par son titre même : « Ou bien… ou bien »

...

Kierkegaard :« Et la sortie de l'éthique passe par une lutte, une hygiène de l'âme consistant à revenir vers l'esthétique, à refuser de projeter de devenir autre chose que ce que l'on est déjà. Il s'agit de rebrousser chemin. Il s'agit de déconstruire cette perversion de l'esthétique, qu'est l'éthique (...) À la différence de Kierkegaard, Nietzsche voit donc les deux « stades » comme en concurrence, et envisage la possibilité d'un passage de l'un à l'autre.

OU BIEN

L'ALTERNATIVE

 

L'alternative ne serait-elle pas de ne pas avoir à choisir entre les multiples voies qui s'offrent à l'artiste ?

Ci-après, une fantaisie crée au moment des tribulations sur l'opportunité d'interdire le port du voile, de la cagoule et même du foulard, bref de toutes choses destinées à masquer le visage en certaines circonstances. Mais pas les yeux.

L'animation ci-dessous prouve qu'un regard suffit pour pouvoir identifier les personnages "cachés" par un drapeau noir et par la même occasion de tester ses connaissances artistiques, l'enjeu étant de les nommer.

"Une brève histoire de l'art" (extrait-2010-02:19) joue malicieusement avec les grands noms de la peinture et la mégalomanie de l'auteur.

RENDEZ-VOUS PARUTION N°3
  • Instagram

© 2016 -2021 Hélène Majera. Tous droits réservés

helenemajera@gmail.com